L’apiculteur

Commençons par nous présenter

Cliquez ici

Berger d’abeilles

La transhumance ? Qu'es aquò ?

Cliquez ici

Nos ruchers

Un petit tour sur nos ruchers

Cliquez ici

Vincent Laget – Apiculteur récoltant

Vincent Laget est apiculteur à Tanneron, commune rurale de l'orient varois proche de la côte méditerranéenne et de Mandelieu, connue pour ses collines couvertes de mimosas sauvages. Sa miellerie se situe dans les collines qui bordent le lac de Saint Cassien et les gorges de la Siagne, à l'écart des zones urbanisées, dans un environnement préservé. Découvrez son activité pastorale et la gamme de ses miels.

La transhumance des abeilles

Comme les troupeaux vont à l’estive à la recherche de l’herbe tendre des alpages, la transhumance des ruches, c'est la migration des abeilles d’un espace mellifère à un autre en fonction de l’étagement des floraisons.

Cette pratique ancestrale est au coeur du métier d'apiculteur car elle permet de présenter un très large éventail de miels non compatible d’une apiculture sédentaire.

Ainsi des ruchers composés d’une quarantaine de ruches se déplacent au cours de la saison, des zones côtières aux montagnes en passant par les incontournables étendues de lavande de Haute Provence.

Lors de chacune de ces transhumances, l’apiculteur récolte les miels monofloraux butinés dans les stations florales visitées. L’observation de la flore, des conditions climatiques et environnementales permettent à l’apiculteur de déterminer les lieux et les dates propices aux récoltes désirées.

Mandelieu La Napoule (Alpes Maritimes)

Au pied des massifs de l’Estérel et du Tanneron, dans leurs ruchers d’hivernage proches des rivages de mer, les abeilles attendent les prémices des beaux jours.

Massifs côtiers de l’Estérel et du Tanneron

Lorsque Février éclaire la colline de l’or de ses mimosas, les abeilles se risquent dans les maquis d’Estérel vers les premiers romarins et bientôt récoltent nectars et pollens colorés des bruyères arborescentes, des cistes et des lavandes maritimes.

Montagne des Alpes Maritimes et du Haut Var

Mai, c’est l’appel de la montagne, les ruchers quittent les massifs côtiers et prennent de l’altitude. Certains en quête de nectars de serpolet et de fleurs d’alpage, d’autres blottis dans les dolines des solitudes karstiques se consacrent aux improbables nectars de lavande fine et de sarriettes sauvages, d’autres enfin s’adonnent aux miellats forestiers de pin sylvestre, de chênes ou de sapin.

Haute Provence

Juillet, le temps où les effluves subtils des lavandes provoquent la migration des ruchers provençaux vers les étendues mauves du Haut Verdon

L’orient varois

Août et Septembre, quand les bergers d’abeilles ramènent vers la moyenne montagne les troupeaux enivrés de tant de butinages ils reprendront force et vigueur aux inflorescences des lierres qui couvrent les murs des restanques

Maquis et garrigues

Octobre, lorsque les premiers orages écartent la menace du feu et désaltèrent maquis et garrigues, les abeilles transhument une dernière fois vers la douceur des landes de mer où fleurit encore la blanche clochette de l’arbousier